Mustahyah

Publié le Mis à jour le

Loin de tout, quelque part au centre de Cèilidh, il y avait des montagnes couvertes de forêts si sombres que peu osaient s’y aventurer. Une vallée quasi inexplorée s’y enfonçait – un cul-de-sac en réalité – qui pourtant abritait des habitants : une centaine de personnes dont les maisons en bois formaient le hameau d’Afraig. Lire la suite »

Publicités

Cèilidh, ma bien-aimée

Publié le Mis à jour le

Depuis les Basses Terres jusqu’aux Landes Élevées

J’ai arpenté tes routes et tes vallées

 

Cèilidh, j’entends ta plainte

Ma pauvre Cèilidh, derrière ton enceinte Lire la suite »

Le vieil homme sur la frontière

Publié le Mis à jour le

L’habitation se dressait tout au sud de Cèilidh, comme une verrue sur une peau desséchée. Plus qu’une habitation, il s’agissait d’une cabane minuscule et délabrée dont on se demandait comment elle pouvait encore tenir au milieu de ces étendues de terres croûtées. Ses planches de bois avaient pris une couleur grise, presque blanche, s’étaient fendues sous les rayons d’un soleil implacable et semblaient hésiter à tomber en poussière ou à se consumer brusquement. L’homme se tenait devant l’entrée, dans le seul carré d’ombre des alentours projeté par l’avancé du toit. La chaleur y était presque aussi insoutenable qu’ailleurs, mais la température commençait à diminuer. Il regardait droit devant lui, sans rien voir, ses yeux laiteux depuis longtemps brûlés par la clarté excessive et les vents porteurs de sable. Rien ici pour les arrêter sur ces étendues désolées où ne poussaient que de rares buissons épineux. C’était pourtant par là que les candidats au passage tentaient leur chance, bravant tous les risques : la soif, la faim, et pire encore. Lire la suite »

La Chose

Publié le Mis à jour le

Du plus loin qu’il se rappelait, Fingal avait toujours vécu avec l’Ancienne.

Les enfants du village, eux, avaient tous un père et une mère. Parfois l’un des deux parents était mort, mais on se souvenait tout de même de lui. On savait qu’il avait existé, qu’il avait eu un nom, une histoire. On pouvait aller lui rendre visite au cimetière et lui parler, même si les réponses étaient rares. Fingal, lui, n’avait que l’Ancienne. Lire la suite »

Les corbeaux d’Eilginn – Seconde partie

Publié le Mis à jour le

Éloïse ne s’était jamais aventurée si loin dans les profondeurs du château. Elle avait laissé les cuisines derrière elle, au sous-sol, les boulangers, les bouchers, les sauciers et bouteillers bien trop occupés à préparer le banquet pour remarquer la jeune fille filant discrètement dans les sombres couloirs, même dans sa robe blanche. Il n’y avait pas de doute pourtant, il fallait encore descendre, emprunter cette escalier étroit qui s’enfonçait dans le noir. Les poêles et les cocottes s’entrechoquaient quelque part, comme dans un autre monde, mais cela la décida avant qu’on ne l’aperçoive. Lire la suite »

Les corbeaux d’Eilginn – Première partie

Publié le Mis à jour le

Qu’y avait-il par là-bas ? Éloïse plissa les yeux, se concentra comme si cela pouvait l’aider à répondre à sa question. Du haut de la tour sud du château d’Eilginn, lui-même bâti sur les flancs rocheux de la montagne, le regard portait loin, bien au-delà des remparts de la cité et de ses dernières habitations aux cheminées fumantes, bien au-delà des toits de chaumes du village plus bas dans la plaine, des champs où elle voyait des paysans au travail pas plus gros que des fourmis, loin, si loin que la terre se confondait avec le ciel en une ligne trouble. Après, c’était un mystère. Lire la suite »

Algie

Publié le Mis à jour le

Ils allaient le pendre à l’aube. Liam le savait aussi sûrement que le jour se lèverai, qu’il le veuille ou non. Puis ils laisseraient son corps se balancer au bout de la corde pendant des semaines, ses chairs abandonnées aux becs avides des corbeaux, comme un avertissement macabre à tous ceux qui passeraient devant son cadavre. Lire la suite »